Station d’épuration de Nhieu Loc-Thi Nghe à Hô Chi Minh Ville (Vietnam)

En marche vers une nouvelle conception de la ville

Maître d'ouvrage : Ville d'Ho Chi Minh
Financement : Gouvernement Français, Ho Chi Minh City,Banque Mondiale
Calendrier : 2010-2014

La ville d’Ho Chi Minh, capitale économique du Vietnam, fait face à des problématiques d’amplitude croissante qui mettent en péril son développement – urbanisation galopante, congestion du trafic urbain, pressions anthropiques sur l’environnement et impacts sur la santé publique se faisant de plus en plus prégnant.

Le canal NL-TN est actuellement la principale voie d’évacuation des eaux pluviales et usées : sa qualité est proche de celle constatée sur les eaux usées brutes. Par ailleurs, le système existant d’évacuation des eaux pluviales et usées est largement sous-dimensionné : lors de la survenue de précipitations, certaines zones – incluant des zones résidentielles – du bassin se trouvent submergées par un mélange d’eaux usées et pluviales. Ceci entraîne la propagation de maladies d’origine hydriques parmi la population.

Afin d’améliorer cette situation, la Banque Mondiale a financé un programme d’investissement de 250millions de dollars – le projet « Ho Chi Minh City Environmental Sanitation » -de 2001 à 2010.

La seconde phase du projet, HCMCES II (450 millions US dollar financé par la Banque Mondiale) prévoit la construction d’une station d’épuration (1.5M d’équivalent habitants, 830 000 mP3P/j en 2045) et la mise en place d’un collecteur (8 m de long 3.2 m de diamètre) sous le canal. C’est le projet le plus important de ce type jamais mis en œuvre au Vietnam.

Nous avons proposé une approche globale du projet, décloisonnant les visions sectorielles usuelles pour intégrer l’ouvrage dans toute sa dimension urbaine, prenant en compte les aspects sociétaux, économiques et environnementaux dès la définition du projet.

 

Social wall